Le « burn rate », une façon simple de suivre votre trésorerie!

Définissons d’abord le « burn rate »:

Le « burn rate » mesure la vitesse à laquelle l’entreprise utilise ses liquidités. Par exemple, au 1er mars, vous avez 300,000$ en banque et au 31 juillet, il vous reste 100,000$, alors votre « burn rate » est de 50,000$ par mois. A ce rythme, et sans nouvelles entrées de fonds, vous serez à court de liquidités dans 2 mois.

Cette notion est particulièrement utile lors du démarrage de l’entreprise. Mais elle est également intéressante pour les entreprises qui doivent effectuer des investissements importants, qui ont un niveau d’endettement élevé ou qui ont des opérations très cycliques.

Vous connaissez le dictons « Cash is king ». Trop souvent, les entrepreneurs prennent les revenus comme mesure de la trésorerie, mais les revenus ne se transforment généralement pas en encaisse le même mois. Il y a un délai, le délai de recouvrement des ventes. D’où l’importance de connaître votre structure de coûts et de trésorerie.

Cette méthode de calcul permet de s’ajuster au cycle d’évolution de votre entreprise. Vous devez tenir compte de quelques paramètres additionnels. En premier lieu, choisissez un horizon d’évaluation. Par exemple, vous êtes en mesure d’évaluer vos ventes pour les 4 prochains moins, utilisez ce facteur de temps.

Ensuite, prenez vos dépenses mensuelles à l’état des résultats, sans ternir compte des amortissements. Vérifier si vos dépenses sont relativement stables de mois en mois, sinon vous pouvez utiliser une moyenne ou faire quelques ajustements pour retirer des dépenses extra-ordinaires (prenons 55,000$ x 4= 220,000$). Soustrayez de ce montant le montant des encaissements prévisibles pour l’horizon que vous avez défini (prenons comme hypothèse  que les encaissements sont ralentis par les vacances, disons 125,000$ ce qui nous donne 95,000$) .  Divisez le montant par le nombre de mois de la période d’évaluation (95,000$ /4 = 23,750$)  . Cela vous donnera le « burn rate ». En tenant compte de votre solde bancaire(disons 50,000$), vous serez à court d’argent dans 2 mois.

Si votre compagnie est très profitable et dispose d’un compte bancaire bien garni, le « burn rate » reste un ratio utile comme plusieurs autres et il devient un indicateur à calculer périodiquement pour vous permettre de prendre des décisions qui ont un impact important sur l’encaisse, comme investir dans un projet ou verser des dividendes.

Si vous être en démarrage, vous vous posez parfois la question, est-ce que je peux me payer un salaire, est-ce que je peux effectuer telle dépense (une embauche par exemple), le « burn rate » permet de vous éclairer sur l’impact de cette décision sur votre trésorerie.

Un autre avantage de l’utiliser , il se transpose aussi dans d’autres sphères de votre entreprise. En gestion de projet par exemple. Cela permet de voir la vitesse à laquelle les heures affectées au projet vont consommer le budget.

Les prêteurs et investisseurs sont également intéressés par ce ratio, pour évaluer vos besoins en fonds, pour évaluer le risque d’investir ou prêter, pour évaluer vos connaissances sur votre structure de coûts et vos habilités à gérer une entreprise.

 

 

  • Posted by cofinia
  • On septembre 12, 2016
  • 0 likes
Tags: Financement, Fond de roulement, trésorerie

0 Comments

Leave Reply

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *