fbpx

Zoho vs. Quickbooks

Un temps révolu

Il est révolu le temps où l’entrepreneur n’avait accès à ses résultats financiers que lorsque son comptable lui envoyait un rapport papier. Que la tenue de livres soit faite à l’interne ou par une équipe externe, les nouvelles applications comptables « Cloud » permettent d’avoir accès à toute l’information pertinente en quelques clics.

De nombreuses applications ont fait leur apparition dans les dernières années et cela peut parfois être difficile de faire le bon choix. Certains sites offrent des outils de comparaison, la BDC par exemple, offre une liste pour la petite entreprise et les travailleurs autonomes. Chez Cofinia, nous avons une préférence pour les applications qui sont multilingues. Nous vous présentons une analyse de deux d’entre elles : Quickbooks Online et Zoho Books. Deux applications dont nous effectuons l’implantation et utilisons dans le quotidien pour nos clients.

Zoho Books

Zoho Books fait partie d’un écosystème de plus de 45 applications. Gestion de la relation client, gestion de projet, gestion des ressources humaines pour n’en nommer que ceux-ci. Il est également possible de développer des applications « métiers » avec Zoho Creator, ce qui décuple les fonctionnalités.

Mais ce qui m’intéresse particulièrement c’est la possibilité de se connecter à Zoho Analytics pour sortir une quantité infinie d’analyses et de tableaux de bord, puisque cette application se connecte directement sur les données de Zoho Books (et de plusieurs autres sources de données).

Zoho Books a grandement évolué dans les 2 dernières années. J’ai commencé à utiliser l’application pour Cofinia en 2017 et je la trouve de plus en plus complète. Certains irritants demeurent, comme l’impossibilité de corriger les taxes manuellement dans les transactions du journal général, mais puisqu’on peut contourner cette problématique, cela reste un irritant mineur.

Dans les ajouts 2018, on note la possibilité d’ajouter une quantité de champs personnalisés. Par exemple, pour un client, nous avons ajouté un champ pour identifier des informations additionnelles pour les projets. On retrouve cette possibilité dans pratiquement tous les menus de Zoho Books.

Il existe également des balises, qui permettent de générer des états financiers selon des dimensions définies. Par exemple, on peut créer des balises par région, département ou ligne d’affaires. C’est très utile pour analyser la rentabilité de notre entreprise.

Pour une entreprise qui regroupe plusieurs utilisateurs, il est possible de configurer des profils différents. Un employé, par exemple, aurait accès qu’aux feuilles de temps alors qu’un vendeur pourrait avoir un accès additionnel pour les clients et la facturation.

Le dernier élément distinctif se trouve dans les automatisations. Il est possible de créer des règles et des boutons pour envoyer des notifications ou réaliser des actions en boucle. C’est très pratique par exemple, lorsqu’un devis est accepté par le client, une règle pourrait permettre d’aviser un utilisateur de préparer la facture.

L’ergonomie de Zoho est très visuelle et il est facile de faire des rapports personnalisés directement dans les menus en effectuant des affichages personnalisés. Les rapports standards, comme l’âge des comptes ou les ventes par clients sont facilement accessibles et peuvent être programmés.

Quickbooks

Quickbooks Online est beaucoup plus connue au Québec, étant la version Cloud du logiciel du même nom. Son virage numérique est beaucoup plus réussi comparativement à Sage50 avec sa version SageOne.

L’écosystème applicatif de Quickbooks s’est développé via des intégrations à des logiciels tiers. Quoique très intéressant pour la petite entreprise, cela peut devenir rapidement limitatif lorsqu’il faudrait connecter plus d’applications entre elles (un trio CRM-Projet-comptabilité par exemple).

Le plus grand avantage de Quickbooks par rapport à Zoho Books est le support en français donné directement par Intuit. De plus, puisque le logiciel existait avant sa version Cloud, son réseau de partenaires est plus développé.

Au quotidien, les fonctions se ressemblent : achats, ventes, journal général, mais on retrouve plus de flexibilité au niveau des taxes.

De plus, il est possible d’être connecté directement sur votre compte bancaire pour l’import de transactions. Autre avantage digne de mention; la possibilité de faire un budget directement dans l’application. Ce sont deux applications très intéressantes pour une PME et je les préfère de loin à une application comme Freshbooks ou Kiwili, qui sont nettement moins complètes.

Nous avons évoqué dans un article précédent Passage de Sage 50 à Zoho comment il est simple de migrer votre comptabilité d’une application de table à une application Cloud. C’est un passage obligé selon moi si vous souhaitez gagner en efficacité.

  • Posted by cofinia
  • On 18 mars 2019
  • 1 likes
Tags: app, cloud, infonuagique, Intuit, Logiciel, Quickbooks, zoho, Zoho books

0 Comments

Leave Reply

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *